liste des décapités nés hors Morbihan mais rattachés à ce département

Sources : 1)    site France GENWEB ; 2) Jean-Marie RIO ; 3) « Le Journal des guillotinés » paru en 1989 ; 4) Si Guégon m’était conté de l’abbé Edouard NIZAN, 1986.  NES HORS MORBIHAN (5) : Plusieurs personnes nées en dehors du département, mais qui y sont rattachées d’une manière ou d’une autre, ont également été condamnées à mort :          Il s’agit du médecin finistérien LAROQUE Alexandre, né à QUIMPER-CORENTIN, âgé de 42 ans, et domicilié à L’Orient, qui a été condamné à mort par le tribunal révolutionnaire de Paris le 6 nivôse an 2 (le jeudi 26 décembre 1793), en tant que conspirateur. Le chirurgien Charles Pierre HUET, domicilié à ORBEC, dans le Calvados, a été condamné à mort par le tribunal criminel du département du Morbihan le 22 frimaire an 2 (le jeudi 12 décembre 1793), comme émigré.   Un autre médecin qui était aussi député à la convention nationale du département du Morbihan, Pierre (le) HARDY, né et domicilié à DINAN (département des Côtes du Nord), âgé de 35 ans, et domicilié à L’Orient, a été condamné à mort par le tribunal révolutionnaire de Paris le 10 brumaire an 2 (le jeudi 31 octobre 1793), en tant que conspirateur de la faction BRISSOT et de la GIRONDE, par suite des malheureuses journées du 31 mai, 1 et 2 juin 1793. François FOSSBRAT, domicilié à GRAY (département de la Haute-Saône) a été condamné à mort par le tribunal criminel du Morbihan le 29 ventôse an 2 (le mercredi 19 mars 1794) en tant que brigand de la vendée. Enfin, Mathurin LEON, ex-chartreux domicilié à BAZOUGES (département de Mayenne et Loire, actuellement Maine et Loire) a été condamné à mort par le tribunal criminel du Morbihan le 9 thermidor an 2 (le dimanche 27 juillet 1794) comme réfractaire à la loi.

12 votes. Moyenne 2.75 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×